+33 (0)2 33 71 56 54

[gtranslate]

+33 (0)2 33 71 56 54

[gtranslate]

Mon compte

HEROS DE CARENTAN

UGS : 16873 Catégorie :

19,00 

13 en stock

13 en stock

HEROS DE CARENTAN

Mal connue, la libération de Carentan n’est pas une simple anecdote de la bataille de Normandie. Elle a fait l’objet, du 9 au 13 juin 1944, de combats d’une rare férocité, deux formations d’élite s’y opposant, : les, Paratroopers, américains de la, 101st Airborne, et les, Fallschirmjäger, du FJR 6.Le général Maxwell Taylor, commandant la, 101st Airborne, va employer l’intégralité de sa division, avec ses quatre régiments aérotransportés, mais aussi toutes ses unités de soutien, ses quatre batteries d’artillerie aéroportée, ses unités médicalisées, sa logistique… pour encercler la ville et en chasser les parachutistes allemands du, Major, Fhr. von der Heydte, qui l’évacuent après de furieux affrontements dans la nuit du 11 au 12 juin, mais pour y revenir dès le lendemain avec la, 17. SSPzGrenDiv. «, Goetz von Berlichingen, »… Les pertes militaires, tant allemandes qu’américaines, seront considérables, celles des civils aussi (le centreville en porte encore les traces).Cet ouvrage offre un examen détaillé de cette bataille de Carentan. Pas uniquement chronologique, les témoignages des acteurs de la bataille permettent d’y ancrer les nombreux faits d’armes, constamment poignants, voire émouvants. Chaque histoire personnelle est une épopée en soi. Ce livre rassemble modestement certaines de ces aventures individuelles, jetant un éclairage profondément humain sur ce qu’a été la complexité et la violence des combats pour la libération de cette région du Cotentin. A titre d’exemple, Edward David Shames, l’un des derniers «, héros de Carentan, » encore en vie. Né un 13 juin, il a bien cru sa dernière heure arrivée… un 13 juin 1944. Pour toutes ces raisons, Carentan tient une place particulière dans ses souvenirs. C’est aussi l’endroit où il atterrit vers 1 heure 40 le DDay. Egalement Don Rich, qui sera blessé aux jambes par un tir de MG lors de la charge de la, GCompany, durant l’attaque de la ville. Citons encore le, Staff Sergeant, californien Thomas M. Rice (C/501st), qui vit une épopée dantesque dans le secteur des écluses de la Barquette, l’objectif de son bataillon…

Informations additionnelles